6 CHOSES QUI ONT RADICALEMENT CHANGÉ EN 3 ANS DE BLOGGING

Sans même avoir vu le temps passer, nous y sommes : le 7 juillet, No Tuxedo a eu 3 ans. Quand on y pense, trois années, ce n’est pas grand-chose et pourtant, je réalise à l’heure du bilan à quel point certains aspects ont évolué au cours de cette période.

Alors j’ai décidé de partager avec vous 6 choses qui ont beaucoup changé depuis mes débuts… et vous me direz dans les commentaires si vous partagez certains ressentis avec votre propre blog !

1. Ne plus être considérée comme une débutante

Quand on ouvre son blog, on est souvent profondément conscient d’être débutant. On a peu de trafic, peu voire pas du tout de commentaires, on a l’impression parfois de dépenser une énergie folle sans obtenir de vrais résultats, on est face à une foule d’incertitudes : mes articles sont-ils intéressants ? Dois-je changer certaines choses sur mon blog ?

À mesure que le temps passe, on apprend mille choses sans forcément réaliser à quel point on progresse.

Il y a quelques semaines, j’ai répondu à une blogueuse qui demandait « à combien de vues en étiez-vous 3 semaines après avoir créé votre blog ». J’ai parlé de mes débuts peu glorieux (comme beaucoup de débuts de blog !) et de l’évolution bien plus satisfaisante par la suite. Et une personne m’a répondu : « ton blog est devenu une référence, c’est pas comparable ».

Je crois que cette phrase m’a fait prendre conscience que je n’étais plus une débutante et que ces trois années ont permis de construire « quelque chose ».

Et surtout, j’ai envie de souligner que si, c’est comparable : mes débuts ont ressemblé aux débuts de n’importe quel blogueur. Ce qui fait que l’on peut avoir ensuite des évolutions différentes…

  • C’est d’abord le travail.
  • C’est aussi le fait d’orienter ce travail dans la bonne direction. Ça ne sert à rien de se tuer à la tâche à écrire des dizaines d’articles s’ils partent dans tous les sens et que ça ne fidélise personne. Ça ne sert à rien de vouloir des tonnes de visiteurs si ce sont des gens qui n’interagissent pas avec vos contenus.
  • C’est enfin avoir toujours un regard critique et bienveillant sur soi-même. Bienveillant, parce qu’il faut savoir apprécier ce que l’on construit patiemment sur son blog. Critique, parce qu’il faut toujours se souvenir que l’on a des choses à apprendre.

 

2. Les statistiques… euh… quelles statistiques ?

J’adore Google Analytics, j’ai même une certification Google Analytics. À mes débuts, je consultais très souvent mes statistiques et je tenais un tableau Excel d’un niveau de détail inouï pour suivre les moindres mouvements de mon blog.

Au bout de 3 ans, je consulte toujours mes statistiques mais je ne le fais plus quotidiennement… et mon tableau Excel s’est beaucoup allégé ! Je regarde simplement l’évolution d’un mois à l’autre, le nombre de pages vues et le nombre moyen de visiteurs par jour. Je garde aussi un œil sur les articles les plus plébiscités.

J’ai réalisé que l’on pouvait perdre beaucoup de temps à garder le nez dans les chiffres et à tenir une comptabilité digne de celle de l’oncle Picsou.

Et surtout, il y a une chose beaucoup plus importante que les chiffres : donner du sens à ce qu’on fait.

3. Le temps, cette denrée (encore plus) précieuse

Bloguer prend du temps et ça ne s’arrange pas avec les années ! Oui, on vous raconte qu’après avoir travaillé dur sur son blog, on peut s’asseoir et regarder son compte en banque gonfler sans rien faire… La réalité est un peu différente 😉

Pour ma part, j’ai l’impression d’avoir encore moins de temps qu’avant… et je regrette parfois l’époque où je pouvais me permettre d’aller poster des tonnes de commentaires sur d’autres blogs ! Je vous avais déjà parlé de ce qui change quand on a plus de trafic : on consacre plus de temps à son propre blog (répondre aux commentaires, essayer de gérer ses mails…) et forcément, on en a moins pour le reste.

En revanche, ce qui est vrai, c’est que l’on peut adopter un rythme de publication plus léger sans pour autant voir son trafic s’écrouler. On peut aussi avoir la satisfaction de tirer quelques avantages de son blog. Pour ma part, je ne reçois pas de propositions de partenariat mais cette année, j’ai pour la première fois franchi le cap où la publicité sur mes trois blogs me permet de financer des voyages, ce qui est tout de même une grosse récompense.

Tout ceci implique de faire des choix, de définir ses priorités : répondre aux commentaires ou pas, par exemple. Arrêter de modifier son design tous les quatre matins une fois qu’on a créé quelque chose qui nous convient…

Ça rend aussi les pauses d’autant plus importantes. Je veille toujours à avoir beaucoup d’articles d’avance pour éviter de tomber dans une course à l’écriture aussi stérile que démotivante.

FAIRE DES BREAKS, INDISPENSABLE POUR GARDER LE CAP

4. Une lassitude vis-à-vis de certains comportements

Ces dernières années, j’ai eu l’impression que le sujet du blogging était devenu une sorte d’eldorado… qui attire beaucoup de vendeurs de rêve. Leurs articles commencent souvent de la même manière : Marie-Micheline est assise devant son PC, elle vient d’écrire un article sur lequel elle a travaillé pendant des heures et elle appuie sur le bouton Publier. Là, rien ne se passe, son trafic ne décolle pas, c’est la déprime.

On va alors vous expliquer en quoi Micheline aurait pu écrire un article absolument formidable en utilisant quelques astuces révolutionnaires. Pardon, 108 astuces littéralement incroyables pour faire décoller son trafic (et la 99.5ème va vous surprendre).

Au début, ces articles me semblaient motivants parce qu’ils ont la capacité à insuffler l’énergie d’agir. Aujourd’hui, ça me lasse terriblement, tout comme cette impression qu’il faut sans cesse chercher à se vendre.

J’ai d’ailleurs refusé un article invité que l’on m’a proposé il y a quelques semaines et qui donnait 62 signes indiquant qu’un blog va échouer. Dans l’introduction, il vantait une vie où « vous ne dépendez plus d’un chef insupportable ». Où, grâce à votre blog, vous allez pouvoir arrêter de subir les ordres de ce bougre de crème d’emplâtre à la graisse de hérisson.

Ce discours est alléchant mais vu, revu et usé jusqu’à la trame. On peut créer un blog, y trouver un plaisir inouï sans forcément vouloir lâcher son emploi. On peut aussi avoir un chef sympa dans son job salarié. On peut vouloir professionnaliser son blog sans écrire comme un publicitaire en mal d’audience.

5. Le lectorat peut évoluer

Je dis parfois que sur un blog, tout peut évoluer. Si votre blog n’est pas parfait à son lancement, que vous ne savez pas à 100% où vous allez, ça ne veut pas dire que votre projet ne fonctionnera pas.

Dans mon cas, je remarque au fil du temps que je suis de plus en plus lue par des professionnels… Ça se ressent à travers les partages sur les réseaux sociaux mais aussi dans les statistiques. Avant, il n’y avait que peu de différence entre semaine et week-end. Aujourd’hui, je fais partie des blogs qu’on lit plus en semaine et aux horaires de bureau !

 

EVOLUTION DE L’AUDIENCE SUR LE BLOG

Ce sont des évolutions assez naturelles dans la vie d’un blog. Pendant toutes les années où vous écrivez, vous progressez, vous montez en compétence, vous approfondissez certains sujets, vous développez votre expertise… et en face, c’est aussi ce qui vous conduit à toucher des lecteurs un peu différents.

6. On se pose encore plein de questions

3 ans de blogging, c’est avoir traité beaucoup de sujets… Avoir divisé un blog unique en 3 blogs… Avoir supprimé des rubriques entières… Malgré ce grand nettoyage, il y a aujourd’hui près de 330 articles sur No Tuxedo, près de 400 sur Serial Lectrice et 150 sur Salut, Bye ByeÇa en fait, des sujets évoqués, des articles écrits, des leçons apprises !

Pourtant, j’ai l’impression qu’il y a encore plein de choses à dire et à faire. Chaque mois apporte son lot d’envies, de challenges. On commence à détenir sur son blog tout un « patrimoine » de contenus qu’il faut parfois remettre au goût du jour, revaloriser pour ne pas qu’ils aient l’air de moisir dans les profondeurs du blog.

On prend mieux conscience aussi de tout ce que l’on n’a pas encore proposé, évoqué.

En tout cas, merci à tous d’avoir été là, pendant ces trois ans ou depuis peu… et restez encore un peu, ce n’est pas fini 😉

De Marlène Vie de blogueur https://www.notuxedo.com